A la recherche du vieux Beyrouth

Dans Beyrouth, le bruit des marteaux piqueurs couvre presque celui des klaxons. Les façades aux triples arcades et aux grandes vérandas font peu à peu place à des tours et des complexes modernes, neufs.

La loi qui concerne le patrimoine immobilier, géré par le ministère des Antiquités, remonte à 1933. Une absurdité de plus. En 1996, le ministère a effectué un recensement des immeubles à sauvegarder, au nombre de 1100, mais sans visée claire d’exploitation. En 1998, une contre-expertise a réduit la liste à 250 bâtiments, dont une grande partie a sûrement déjà été détruite aujourd’hui. Une nouvelle loi sur la protection du patrimoine vivant, rédigée par les deux précédents ministres de la culture, dort pour l’instant au fond d’un tiroir.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s